Le cancer colorectal est la 2e cause de décès par cancer au Québec.

Mais nous pouvons le détrôner

Il existe un test de dépistage rapide, sans douleur et non‑invasif qui se fait à la maison : le test RSOSi.

C’est votre décision. Aucun test de dépistage n’est absolument infaillible, mais les données scientifiques nous indiquent que le fait d’effectuer régulièrement des analyses de selles diminue le risque de décès par cancer du côlon.

Il importe de connaître les avantages et les limites des tests réguliers de dépistage du cancer.

Foire aux questions

Le cancer du côlon

Le cancer colorectal, communément appelé le cancer du côlon, se forme dans le gros intestin. Il se développe habituellement sur des polypes, des petites masses de chair qui poussent sur les parois internes du gros intestin. Ces polypes peuvent être bénins, mais peuvent aussi se transformer en cancer.

Le cancer du côlon peut prendre plusieurs années à se développer et ses symptômes ne sont pas toujours apparents. C’est pourquoi on dit de ce cancer qu’il est une tumeur silencieuse. 

Prévenir

Quelques statistiques

2e

Le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer au Québec.

6 800

C’est le nombre de Québécois qui reçoivent un diagnostic de cancer du côlon chaque année.

2 550

C’est le nombre de Québécois qui décèdent des suites d’un cancer du côlon chaque année.

95 %

La très grande majorité des cas de cancer colorectal apparaissent après l’âge de 50 ans.

Faire du bruit, c’est mon métier. Aujourd’hui, face à ce cancer silencieux, j’invite les gens à briser le silence et à parler de dépistage. C’est comme ça qu’on augmentera les chances de survie!

Ludovick Bourgeois
Porte-parole

Merci à nos partenaires